La prolifération des faux comptes sur les réseaux sociaux : comment éviter l’arnaque ?

La question ne laisse plus personne indifférent, le risque de voir son compte cloné par un individu pour des fins d’escroquerie est désormais permanent sur les réseaux sociaux. Tous sont confrontés à cette situation qui ne fait que prendre d’ampleur de nos jours. Selon les statistiques, au-delà de deux cents millions de comptes Facebook serait que du spam. De quoi s’inquiéter réellement lorsqu’on tient à sa réputation.

Alors, quelle disposition faut-il prendre pour ne pas se faire avoir ?

Un casse-tête pour les promoteurs

Bien évidemment, les réseaux sociaux ont conscience de la situation et s’activent à leur manière pour lutter contre ce fléau. Une lutte loin d’être facile vu le nombre de plus en plus croissant d’utilisateurs actifs chaque mois. Rien que pour le géant Facebook, on dénombre mensuellement 2,13 milliards d’utilisateurs actifs. Selon lui, 10 % des comptes disponibles sont des comptes secondaires. Il révèle également que 3 à 4 % des comptes représentent des spams. Des statistiques qui éveillent l’attention des utilisateurs.

Après des études, le réseau parvient à localiser la provenance de ces irrégularités. Selon lui, la situation s’est beaucoup plus développée dans les pays asiatiques notamment aux Philippines, en Inde et en Indonésie. Malgré cette connaissance, le réseau a toujours du mal à mieux situer les motivations de ces comportements. Ceci constitue une difficulté majeure pour ce dernier, limitant ainsi ses actions.

En effet, il est bien possible qu’un utilisateur décide de créer un nouveau compte en adoptant un VPN à télécharger, puisqu’il permet de séparer sa vie professionnelle de celle privée. Il est également difficile de déduire avec précision qu’un compte est utilisé à des fins malhonnêtes. Puisqu’un outil tel que le vpn est souvent utilisé pour protéger les informations personnelles.

La chasse aux spammeurs est donc plus complexe qu’on ne saurait l’imaginer. Il ne peut être confié à un humain et aucun algorithme n’est suffisamment compétent pour s’en charger efficacement. Néanmoins, Facebook compte réduire au maximum le risque afin de protéger ses utilisateurs assidus. Le réseau investi dans la conception d’algorithmes capable de catégoriser les comptes afin de déceler ceux dont les activités sont susceptibles de nuire à d’autres utilisateurs.

Les nouveaux ne sont pas épargnés

Malgré la difficulté qui réside dans la gestion d’un tel fléau, les géants du web (Facebook et Twitter) s’efforcent de recaler autant que possible son impact sur les utilisateurs. Mais il n’en est pas de même pour les nouveaux nés du monde social dont les moyens sont très limités. À tire d’exemple, Pinterest, un tout nouveau dans le monde social rencontre comme première difficulté la prolifération des comptes qui déjà impact sur sa fiabilité. Le réseau propose donc aux utilisateurs une possibilité de signaler un spam au support.

Prenez vos dispositions

La situation est bien délicate et nécessite l’attention de chaque utilisateur. D’un moment à l’autre, vous pouvez en être aussi confronté, surtout si votre statut a une certaine influence dans la société. Il est donc important que vous vous assuriez de ce que votre compte est bien sécurisé. Pour cela, quelques précautions vous seront nécessaires.

D’abord, à l’inscription, vous devez régler les paramètres de confidentialités de votre compte. À ce niveau, vous avez la possibilité de choisir parmi vos amis, ceux qui peuvent accéder à votre profil et y voir toutes les informations. Prenez donc la peine d’y veiller comme il le faut. Généralement, la plupart des utilisateurs n’y prêtent pas attention. Or il s’agit là d’une faille utilisée par les spammeurs pour dupliquer les comptes.

Ajoutées à cela, toutes les demandes ou suggestions d’amis doivent faire l’objet de vérification avant approbation. Lorsque vous ne connaissez pas pour autant l’intéressé, un petit tour sur son profil peut vous être utile.

Signalez les spammeurs

Pour réduire la prolifération des comptes, les différents réseaux sociaux comptent beaucoup plus sur les utilisateurs. Ceci-ci sont directement victime de ces actions et donc sont sollicités dans la traque à l’arnaque. Ces derniers temps, les réseaux accordent beaucoup plus d’attention aux plaintes signalant d’éventuelles actions d’un spammeur par un utilisateur. Des boutons de signalisation ont été ajoutés pour faciliter cela. Lorsque vous recevez une publication d’un lien douteux, vous pouvez donc le signaler à l’administration.

Attention à ne pas se faire bloquer

Sur Facebook et Twitter, la surveillance est stricte. Les algorithmes qui veillent à la détection les spams sont attentifs au moindre détail. Faites donc attention à ne pas vous faire bloquer bien que vous soyez honnête. Ils enregistrent la fréquence de vos publications et essaient d’identifier vos centres d’intérêt. En cas de publication malveillante, vous vous verrez automatiquement bloquer momentanément voire définitivement. Vous serez tenu de fournir des informations pour prouver votre identité avant de recouvrir l’accès à votre compte.

Quand bien même des dispositions sont prises par les réseaux pour juguler le fléau, la prolifération des faux comptes ne cesse d’augmenter. Le risque de se faire arnaquer est permanent et chaque utilisateur doit veiller à un niveau maximal de sécurité pour son compte. Toutefois, un utilisateur peut être bloqué lorsqu’il ne respecte pas les règles établies par un réseau à cet effet.